L'une des grandes figures de la Reconquista, le Cid est devenu un personnage central de la littérature épique espagnole, où il personnifie le courage indomptable du chevalier castillan (sa bravoure lui valut son surnom Cid Campeador, de l'arabe sidi «seigneur», et de l'espagnol campeador «guerrier illustre») qui, ayant consacré sa vie à sa foi et à son souverain, se voue sans défaillance à la libération de l'Espagne de la domination musulmane. La réalité historique est sensiblement différente. S'il passa sa vie à guerroyer, ce fut dans les rangs les plus opposés. Il prit part aux guerres qui suivirent la mort du roi Ferdinand Ier (1065) et qui opposèrent les deux fils du souverain: Sanche II, roi de Castille, et Alphonse VI, roi de León. Il servit d'abord Sanche puis, après la mort de celui-ci, son frère, devenu roi de Castille et de León. Il épousa en 1074 doña Jimena Díaz (Chimène), cousine du souverain et fille du comte d'Oviedo. Tombé en disgrâce en 1081, il parcourut alors l'Espagne, offrant ses services tantôt à des princes musulmans, tantôt à des princes chrétiens d'Aragon ou de Barcelone, jusqu'au jour où, agissant pour son propre compte, il se tailla une principauté indépendante dans le sud de l'Espagne, s'empara de Valence (1094) et y régna jusqu'à sa mort.

Play